Lucien Descaves

De Wikipedia, la enciclopedia libre
Ir a la navegación Ir a la búsqueda
Lucien Descaves
Académie goncourt Lucien Descaves in toute l'édition.jpg
Información personal
Nacimiento 18 de marzo de 1861 Ver y modificar los datos en Wikidata
XIV Distrito de París (Francia) Ver y modificar los datos en Wikidata
Fallecimiento 6 de septiembre de 1949 Ver y modificar los datos en Wikidata (88 años)
París (Francia) Ver y modificar los datos en Wikidata
Nacionalidad Francesa
Lengua materna Francés Ver y modificar los datos en Wikidata
Familia
Padre Alphonse Descaves Ver y modificar los datos en Wikidata
Información profesional
Ocupación Escritor, periodista, dramaturgo y novelista Ver y modificar los datos en Wikidata
Cargos ocupados Presidente de Academia Goncourt (1945-1949) Ver y modificar los datos en Wikidata
Años activo desde 1882

Lucien Descaves (París, 18 de marzo de 1861-ibidem, 6 de septiembre de 1949) es un escritor naturalista y libertario francés.

Biografía[editar]

Periodista, novelista y dramaturgo, fue uno de los primeros miembros de la Academia Goncourt llegando a ocupar la presidencia.

En 1889, publica la novela Sous-offs, obra antimilitarista que fue perseguida ante la justicia.

En 1913, publica Philémon, vieux de la vieille, una novela sobre la Comuna de París.

Obras[editar]

  • Le Calvaire d'Héloïse Pajadou, éditions Henry Kistemaeckers, Bruxelles, 1883. Lire en ligne.
  • Une vieille rate, éditions Kistemaeckers, Bruxelles, 1883. Lire en ligne.
  • La Teigne, 1886 (Kistemaeckers), roman sur les milieux de la gravure. Lire en ligne.
  • La Caserne, misères du sabre, 1887, ce roman annonce Sous-Offs
  • La Pelote, 1888, pièce naturaliste en trois actes (avec Paul Bonnetain), tirée du roman Une Vieille Rate (Théâtre libre, Plantilla:Date-).
  • Sous-Offs, roman militaire, 1889. Lire en ligne.
  • L’Envers du galon, drame en un acte, en prose. Il devait être représenté au Théâtre-Libre avec Eugénie Nau dans le rôle de France, mais fut retiré à cause des poursuites dont Sous-Offs était alors l’objet (tiré à deux ou trois exemplaires d’épreuves).
  • Sous-Offs en Cour d’Assises (Tresse et Stock), 1890. Lire en ligne.
  • Les Chapons, avec Georges Darien 1890, pièce naturaliste. Lire en ligne.
  • Les Emmurés, 1894, novela sobre los ciegos. Importante reseña de Jules Renard en el Mercure de France (enero 1895). Lire en ligne.
  • En villégiature, 1896 (Ollendorff), recueil de 17 nouvelles.
  • La Cage, 1898, pièce naturalista en un acte (Théâtre Antoine, Plantilla:Date-).
  • Soupes, 1898, dédié « À la mémoire de ma chère femme », recueil de 31 nouvelles dont la dernière, « La Charité » et sa seconde partie « Le Vilain Homme » annonce peut-être Barabbas.
  • La Clairière, avec Maurice Donnay, Théâtre Antoine, 1900, comédie en 5 actes, en prose. Lire en ligne.
  • La Colonne, 1901, novela sobre la Comuna de París, l’affaire Gustave Courbet (la destruction de la Colonne Vendôme)[1]​. Lire en ligne.
  • Tiers État, 1902, comédie en un acte (Théâtre Antoine, 6 mai 1902). Lire en ligne.
  • Importante préface à Souvenirs d’un Révolutionnaire de Gustave Lefrançais, 1902. (Descaves est son exécuteur testamentaire).
  • Les Souliers, 1903, scène judiciaire (avec René Vergught), « destinée à être jouée devant un public socialiste » (R.V.) (Théâtre de la Coopération des Idées, Plantilla:Date-).
  • Oiseaux de passage, avec Maurice Donnay, Théâtre Antoine, 1 de mars de 1904 (Expresión errónea: palabra «no» desconocida años). Lire en ligne.
  • Préface pour Mon Oncle Benjamin de Claude Tillier, 1905.
  • Flingot, avec des illustrations de Pierre-Georges Jeanniot, A. Romagnol, 1907
  • Importante préface à La Vie tragique des Travailleurs de Léon et Maurice Bonneff, 1908.
  • La Vie douloureuse de Marceline Desbordes-Valmore, 1910, biographie. Lire en ligne.
  • Atelier d’aveugles, drame en un acte, représentée au Grand Guignol le Plantilla:Date-. Lire en ligne.
  • Philémon, vieux de la vieille, 1913, novela sobre la Comuna de París, réédition : La Découverte, 2019, avec un appareil critique (présentation, notes, repères chronologiques et index des noms propres) de Maxime Jourdan Lire en ligne.
  • La Saignée, avec Fernand Nozière, drame en cinq actes, Théâtre de l'Ambigu-Comique,2 octobre 1913. Lire en ligne.
  • Barabbas, Paroles dans la Vallée, 1914, roman illustré par Steinlen.1914
  • La Maison anxieuse, 1916, roman inspiré par la guerre.
  • Prefacio a la reedición de Force ennemie de John-Antoine Nau (primer Prix Goncourt en 1903), 1918.
  • L’Imagier d’Épinal, 1918.
  • Ronge-Maille vainqueur, 1920, pamphlet antibelliciste [sur les prévaricateurs de guerre], censuré en 1917. Lire en ligne.
  • L’As de cœur, comédie en trois actes, Théâtre des Arts, Plantilla:Date-.
  • Les Vestales, comédie en un acte, Odéon, Plantilla:Date-.
  • Préface pour Les rustiques de Louis Pergaud, 1921.
  • Postface pour l’édition définitive de Sœur Philomène des Goncourt, 1922.
  • Pierre Dupont, comédie en un acte, 1922. Lire en ligne.
  • Du petit monde, 1923, recueil de 30 nouvelles.
  • L'Hirondelle sous le toit, 1924. Roman paru en feuilletons dans le Journal du Plantilla:Date- au Plantilla:Date-.
  • Le Cœur ébloui, pièce en quatre actes, mise en scène de Lugné-Poe, Théâtre Daunou, 19 de octobre de 1926 (Expresión errónea: palabra «no» desconocida años). Lire en ligne.
  • En Marge, 1927. (compilation des études et préfaces de Huysmans.
  • Les Fruits de l'amour, pièce en trois actes, Théâtre des Arts, le 25 de février de 1928 (Expresión errónea: palabra «no» desconocida años). Lire en ligne.
  • L'Ascension de Virginie, avec Maurice Donnay, comédie en 3 actes, Théâtre de la Michodière, 28 de septembre de 1929 (Expresión errónea: palabra «no» desconocida años)
  • Regarde autour de toi, 1930. Recueil de 29 nouvelles.
  • La Tuile d'argent, avec Henri Duvernois, comédie en 3 actes, La Potinière, 1931
  • Préface pour le roman posthume de Léon Cladel I.N.R I., 1931.
  • Les Dernières années de J.-K. Huysmans (Albin Michel), 1941. Dédié « A J.-K. Huÿsmans Mon Maître, mon Ami et mon refuge aux jours d’épreuve ».
  • Préface pour La mort de Mindrais de Maurice Vlaminck, 1941.
  • Souvenirs d'un ours, 1946, autobiographie

Referencias[editar]

  1. . 10 janvier 1928 http://www.luciendescaves.fr/Le-journaliste/Chroniques/Chroniques-historiques/31-Gustave-Courbet-et-la-Colonne-Vendome-10-janvier-1928.  Parámetro desconocido |site= ignorado (ayuda); Parámetro desconocido |consulté le= ignorado (se sugiere |fechaacceso=) (ayuda); Parámetro desconocido |auteur= ignorado (se sugiere |autor=) (ayuda); Parámetro desconocido |titre= ignorado (se sugiere |título=) (ayuda); Falta el |título= (ayuda).