Inteligencia económica

De Wikipedia, la enciclopedia libre
Saltar a: navegación, búsqueda
Diagrama sobre el sistema de inteligencia competitiva y tecnológica.

El concepto de inteligencia económica o inteligencia competitiva (a veces también llamada inteligencia empresarial) refiere al conjunto de actividades coordinadas de colecta, tratamiento, y difusión de informaciones útiles a los actores económicos, a efectos de su explotación o utilización fundamentalmente desde el punto de vista práctico, o sea en aplicaciones concretas a casos específicos. A esto se puede agregar las acciones de influencia, de notoriedad, de imagen, así como a todo lo ligado a la protección de informaciones.[1]

La inteligencia económica se distingue del espionaje económico e industrial, ya que sus acciones se desarrollan en forma abierta y sin mayores secretismos, utilizando principalmente fuentes abiertas y medios legales.

La mayoría de los profesionales del sector la conciben desde un ángulo ético y deontogógico. El único sindicato del sector en Francia ('Syndicat français de l'Intelligence Économique –SYNFIE–'),[2] [3] siguiendo a la 'Fédération des professionnels de l'intelligence économique' (FéPIE) hoy día desaparecida,[4] [5] obliga por ejemplo a sus adherentes a respetar un código deontológico de comportamiento en este dominio.[6]

La inteligencia económica puede completarse o complementarse con otras « inteligencias », como por ejemplo la inteligencia social que organiza la mutualización de informaciones con orientación a la realización colectiva de una comunidad y de sus diferentes actores económicos.

Los especialistas del dominio muchas veces resumen la inteligencia económica en un tríptico de características : Vigilancia (adquisición de la pertinente información estratégica); Protección de informaciones (no dejar traslucir informaciones muy sensibles); e Influencia (propagar informaciones y normas que favorezcan la propia estrategia).[7]

Índice

Presentación general[editar]

Cuando la información estratégica y útil es proporcionada en el momento adecuado, a la persona adecuada, y en un entorno o contexto adecuado, sin duda se obtiene una ventaja competitiva decisiva.

Ciertas empresas sensibles, especialmente en sectores donde hay mucha competencia, como por ejemplo las industrias de armamentos, el sector farmaceútico, o el sector del automóvil, fueron los precursores en preocupaciones ligadas a la inteligencia económica. De todas maneras, raros fueron los que tempranamente anticiparon el éxito e importancia que tendría esta temática. Como principales precursores en Francia, citemos Giat Industries, Elf Aquitaine, Rhône Poulenc, y en Estados Unidos citemos Lockheed, Motorola, IBM.

Lo que es central en la inteligencia económica es la circunstancia que no se reduce a la acumulación desordenada de todo tipo de informaciones con mayor o menor valor estratégico, sino que se trata de producir un conocimiento bien estructurado, para ayudar a instituciones, empresas, y emprendimientos, a combatir y a defenderse en la competición en general, y particularmente en la competición económica en el presente mundo pos guerra fría tan concurrencial.

La mayoría de los especialistas franceses resume la inteligencia económica o inteligencia competitiva en los ejes principales que a continuación se enumeran :

  • Vigilancia / informaciones económicas e institucionales (adquisición de informaciones pertinentes),
  • Protección del patrimonio informacional (no hacer conocer sus secretos, no dejar traslucir lo que se sabe)
  • Ayuda a la decisión (análisis, cartografía decisional, « Sala de operaciones o Sala de guerra »…)
  • Influencia (promover la propagación de informaciones o de modos de comportamiento y de interpretación que favorecen la propia estrategia).

El referencial en inteligencia económica publicado en Francia en el año 2005, pone el acento sobre la trilogía conformada por la adquisición de informaciones (vigilancia…), la protección de informaciones, y la influencia sobre el entorno. Debe insistirse sobre este último aspecto, pues incluye influencia política en apoyo a la conquista de mercados, aunque también influencia en el sentido de "lobby", y también capacidad de imponer normas y reglamentaciones a nivel internacional, así como iconos, valores, e ideas generales, con la intensión de favorecer ciertos intereses económicos y/o ciertos enfoques. A diferencia de la información concerniente la vigilancia o la protección del patrimonio informacional, y que debe ser cierta para ser útil, lo referido a la influencia está rodeado de creencias y de metodologías heterodoxas. Lo que importa, no es tanto que sea conforme a la realidad, sino a la cantidad y calidad de las adhesiones que se consigan (ejemplo: legislador o dirigente involucrado con la cosa.

Con el debate sobre el patriotismo económico, este enfoque que pone el acento sobre los factores políticos, ideológicos, y de comunicación de la inteligencia económica, conforma en los hechos cierta especificidad a nivel nacional en Francia.[7]

Definición[editar]

La definición del concepto de inteligencia económica ha sido objeto de fuertes debates teóricos y prácticos. La primera definición de inteligencia económica en sentido moderno, fue la de Harold Wilensky en 1967, en la obra titulada : "L'intelligence organisationnelle", donde establecía la inteligencia económica como la actividad de producción de conocimientos, a fin de servir a una organización en sus objetivos económicos y estratégicos, informaciones todas colectadas y producidas en un contexto legal y a partir de fuentes abiertas.

Esa definición fue retomada y trabajada en un primer momento en Francia, por la 'Commission Intelligence Économique et Stratégie des Entreprises du Commissariat Général du Plan', en el año 1993, bajo la presidencia de Henri Martre, y teniendo especialmente como impulsores y relatores a Christian Harbulot, Philippe Clerc, y Philippe Baumard.

Ubicación de la inteligencia económica en Francia[editar]

La preocupación por la inteligencia económica surgió por la inquietud de ingenieros y técnicos de la industria en cuanto a la mejora en forma continua de los procedimientos de I&D, y particularmente en Francia nació de la mano de hombres y mujeres pertenecientes a sectores muy variados. Ya en el inicio, la voz cantante la llevó el personal enseñante, así como funcionarios y jerarcas del área de la administración estatal y del mundo de los servicios de información; a estos casos deben integrarse técnicos, ejecutivos, y dirigentes de empresas y asociaciones del sector, incluidas algunas asociaciones de ex alumnos, y también pensadores y estrategas a título individual o agrupados ; de hecho podría considerarse que el origen se encuentra principalmente en el medio de ingenieros y científicos de alto nivel, quienes confrontados en el día a día a realizaciones cada vez más rápidas y eficaces, optaron por no cubrir todo por sí mismos, y para ello debieron organizarse de una forma diferente, y además disponer de información pertinente cada vez más elaborada y completa para la toma de decisiones.

Variadas definiciones[editar]

Ciertamente el universo de la inteligencia económica es muy vasto, así que en sentido amplio engloba realidades muy diferentes. A título de ejemplo, siguen algunas definiciones que en buena medida reflejan las diferentes tendencias que se han observado en el dominio de la inteligencia económica :

  • El informe Martre, obra colectiva de la dirigencia del plan titulado Intelligence économique et stratégie des entreprises (Documentation Française, París, 1994), proporciona la siguiente definición :

« L’intelligence économique peut être définie comme l'ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l'information utile aux acteurs économiques. Ces diverses actions sont menées légalement avec toutes les garanties de protection nécessaires à la préservation du patrimoine de l'entreprise, dans les meilleures conditions de qualité, de délais et de coûts. L’information utile est celle dont ont besoin les différents niveaux de décision de l’entreprise ou de la collectivité, pour élaborer et mettre en œuvre de façon cohérente la stratégie et les tactiques nécessaires à l’atteinte des objectifs définis par l’entreprise dans le but d'améliorer sa position dans son environnement concurrentiel. Ces actions, au sein de l'entreprise, s’ordonnent autour d’un cycle ininterrompu, générateur d’une vision partagée des objectifs de l'entreprise.»[1]

Traducción al español : « La inteligencia económica puede ser definida como el conjunto de acciones coordinadas de investigación, tratamiento, y distribución, orientadas a la presentación y utilización de informaciones útiles a los actores económicos. Las diversas acciones desarrolladas son llevadas a cabo a través de procedimientos legales, con todas las garantías de protección necesarias para la preservación del patrimonio de la empresa o institución solicitante, en las mejores condiciones de calidad, plazos, y costes. Las informaciones útiles son aquellas que son necesarias o convenientes para los diferentes niveles de decisión del solicitante y/o de la colectividad, para así elaborar y poner a punto de manera coherente, las estrategias y las tácticas necesarias a los objetivos que se persiguen, que por lo general incluye mejorar la posición del solicitante en un entorno competitivo. Las acciones, al interior de la empresa o institución solicitante, se ordenan alrededor de un ciclo continuo, generador de una visión compartida de los objetivos. »

« L’intelligence économique se définit comme la recherche et l’interprétation systématique de l’information accessible à tous, afin de décrypter les intentions des acteurs et de connaître leurs capacités. Elle comprend toutes les opérations de surveillance de l’environnement concurrentiel (protection, veille, influence) et se différencie du renseignement traditionnel par : la nature de son champ d’application, puisque qu’elle concerne le domaine des informations ouvertes, et exige donc le respect d’une déontologie crédible ; L’identité de ses acteurs, dans la mesure où l’ensemble des personnels et de l’encadrement – et non plus seulement les experts – participent à la construction d’une culture collective de l’information ; ses spécificités culturelles, car chaque économie nationale produit un modèle original d’intelligence économique dont l’impact sur les stratégies commerciales et industrielles varie selon les pays.[8]  »

Traducción al español : « La inteligencia económica se define como investigación e interpretación sistemática de informaciones accesibles a todos, con el fin de desencriptar (descubrir) las verdaderas intensiones de los actores, y de conocer sus capacidades. La inteligencia económica comprende operaciones de vigilancia de los entornos competitivos (protección, vigilancia, influencia), diferenciándose de los enfoques tradicionales por : (A) La naturaleza de las aplicaciones, porque la inteligencia económica siempre involucra a informaciones abiertas y de alguna manera siempre disponibles por medios lícitos, y por tanto exige respeto a una sana deontología ; (B) La totalidad de los actores, y no solamente los expertos, participan en la construcción de una cultura colectiva de la información ; (C) Las especificidades culturales, ya que cada economía nacional produce un modelo original de inteligencia económica, cuyo impacto sobre las estrategias comerciales e industriales varía según la idiosincrasia y las prácticas imperantes en cada país. »
  • El informe "Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale",[9] relatorio presentado al Primer Ministro por el diputado Bernard Carayon ('La Documentation Française', París, enero 2003) – Carayon ha defendido "una política pública en materia de competitividad, seguridad económica, e influencia, especialmente frente a organismos internacionales y de formación. Esa política pública se apoya en una extensa lista de escritos sobre la mundialización que en general toma en cuenta el día a día de los mercados, la aplicación heterodoxa de reglas, los juegos de influencia y de poder". El citado diputado cree esencial defender una "nueva visión" o un "nuevo enfoque", como en su tiempo lo fueron las políticas orientadas al desarrollo de las ciudades, o la vivienda, o el desarrollo durable…". Afirma rotundamente el diputado que la inteligencia económica es "una política pública de identificación de sectores y de tecnologías estratégicas, así como de organización de la convergencia de intereses entre la esfera pública y la esfera privada". Se trata de "una política pública definida por su contenido y por el campo de su aplicación ; el contenido concierne la seguridad económica, y debe definir las actividades a proteger y los medios para obtener este resultado ; también determina cómo acompañar a las empresas en los mercados mundiales, cómo influir sobre las organizaciones internacionales donde en muchos casos se elaboran las normas jurídicas y las reglas profesionales que obligan a Estados, empresas, y ciudadanos".
  • La definición de Claude Revel – Esta definición presenta la inteligencia económica en tres secciones: la gestión de informaciones y conocimientos ; la protección ; y la influencia.

« L’intelligence économique, c’est la maîtrise de l’information, le but étant de connaître son environnement extérieur et par conséquent d’adapter par avance sa conduite. Elle permet d’identifier les opportunités et les déterminants du succès, d’anticiper les menaces, de prévenir les risques, de se sécuriser, d’agir et d’influencer son monde extérieur dans une optique de compétitivité internationale. L’intelligence économique se compose de trois volets. Le premier concerne le traitement de l’information. Cela consiste à recueillir les informations nécessaires, à les trier et à les valider. En d’autres termes, ce premier volet consiste à avoir l’information pertinente sur ses concurrents, sur les règles et les normes et d’une manière générale sur tout son environnement extérieur international. Le deuxième volet consiste à se sécuriser au niveau matériel mais surtout au niveau immatériel, c’est-à-dire à avoir la capacité d’anticiper les risques et les problèmes qui se rattachent notamment à la propriété intellectuelle, aux attaques sur son image ou sur son capital. Ce deuxième volet accorde une grande importance à la sécurisation des actifs immatériels. Le troisième volet consiste à savoir influencer et argumenter, convaincre, négocier, faire du lobbying professionnel mais également à savoir exercer l’influence normative en anticipant les règles et les normes internationales et en participant éventuellement à leur élaboration. L’intelligence économique permet de mieux connaître ses concurrents, les donneurs d’ordre, les règles et les normes qui peuvent influencer son activité et donc d’agir sur son environnement au lieu de le subir. Reste à noter que l’intelligence économique doit être déontologique et loin des pratiques d’espionnage, de vol et de trafic d’influence.»[10]

Traducción al español : « La inteligencia económica refiere al buen manejo de la información, por cuanto el objetivo general consiste en conocer la realidad en los aspectos que interesen, para entonces adaptar anticipadamente la propia conducta. La inteligencia económica permite identificar las oportunidades y las posibilidades de éxito, anticipar amenazas y problemas, prevenir riesgos, y asegurarse frente a posibles pérdidas, además de reaccionar e influenciar frente al mundo exterior, con la óptica de alcanzar la competitividad internacional. La inteligencia económica podemos decir que se compone de tres secciones principales. La primera sección concierne el tratamiento de la información, o sea, la colecta de informaciones necesarias que deberán ser ordenadas y validadas. En otros términos, esta primera sección consiste en lograr la información pertinente sobre los competidores siguiendo reglas y normas legales, particularmente en lo que concierne al ámbito internacional. La segunda sección o segundo aspecto consiste en asegurarse frente a problemas o pérdidas, tanto a nivel material como inmaterial, o sea, aquí también debe fortalecerse la capacidad de anticipar riesgos y problemas, por ejemplo los ligados a la propiedad intelectual, a los ataques a la imagen y a la trayectoria, o a posibles pérdidas de capital. Este segundo aspecto debe acordar particular importancia a la securitización de los activos inmateriales. El tercer aspecto consiste en bien saber influenciar y argumentar, tener capacidad para convencer y para negociar, hacer un lobby verdaderamente profesional, pero igualmente saber manejar la influencia normativa, anticipándose de ser posible a reglas y convenciones internacionales, e incluso eventualmente participando en la elaboración de las mismas. La inteligencia económica permite conocer mejor a los competidores así como a quienes son responsables de los encargos y pedidos, imaginando incluso los posibles cambios en las normativas, para así accionar frente a la realidad en lugar de padecerla. Señalemos también que la inteligencia económica debe ser deontológica y alejada de prácticas de espionaje, de tráfico de influencia, y de apropiación indebida en cualquiera de sus formas »
  • La definición de Sofiane SAADI – "Una empresa inteligente es una empresa que sabe crear y compartir equilibradamente los valores entre solicitantes y colaboradores, de una manera durable, sabiendo interpretar e integrar los cambios, y adaptándose a las mutaciones económicas, culturales, sociales, y medioambientales".
  • La definición de la 'Delegación interministerial de la inteligencia económica'

L’intelligence économique (IE) est à la fois une politique publique élaborée et mise en œuvre par l’Etat et une démarche d’entreprise, avec un objectif commun: le soutien à la compétitivité – L’intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger, l’information économique stratégique, afin de renforcer la compétitivité d’un Etat, d’une entreprise ou d’un établissement de recherche. L’IE est un donc un véritable outil d’aide à la décision, qui a vocation à être mis en œuvre par l’ensemble des acteurs économiques : elle permet aux entreprises et aux établissements de recherche de maintenir et de protéger leur compétitivité et à l’Etat de faire des choix stratégiques, d’anticiper et d’accompagner les mutations économiques et de soutenir la croissance. L’IE recouvre des réalités concrètes et opérationnelles pour l’ensemble des acteurs économiques et repose aujourd’hui sur trois composantes : (A) La veille stratégique, c'est-à-dire le recueil, à partir de sources ouvertes, l’analyse, la valorisation et la diffusion d’informations économiques stratégiques ; (B) L’influence, c'est-à-dire la capacité à orienter positivement les décisions d’institutions nationales et internationales et notamment des institutions économiques ; (C) La sécurité économique, c'est-à-dire la protection des informations, des activités et de l’ensemble du patrimoine économique et scientifique, qu’il soit matériel ou immatériel. L’intelligence économique s’inscrit dans le cadre strict de la loi : toute démarche d’intelligence économique, dans ses différentes composantes de veille, d’influence et de sécurité économique, doit se faire avec des moyens légaux et dans le respect de principes déontologiques.[11]

Traducción al español: La inteligencia económica (IE) es a la vez una política pública elaborada y puesta en marcha por el Estado, y un enfoque empresarial, con un objetivo común : DAR APOYO A LA COMPETITIVIDAD – La inteligencia económica (IE) consiste en colectar, analizar, valorizar, difundir, y proteger, la información económica estratégica, con el fin de reforzar la competitividad de un Estado, de una empresa, o de un centro de investigación. La IE por cierto es una verdadera herramienta de ayuda a la decisión, que tiene vocación para que sea impulsada y puesta en marcha por un amplio conjunto de actores económicos, permitiendo a las empresas y a los institutos de investigación, y a otros establecimientos similares, mantener y proteger su propia y respectiva competitividad y sustentabilidad, y colaborando para que el Estado pueda implementar sus políticas estratégicas, anticipando y acompañando las mutaciones económicas, y sosteniendo el crecimiento. La IE cubre realidades concretas y operativas en lo que respecta a los diferentes actores económicos, y hoy día se apoya en tres componentes o ejes principales : (A) La vigilancia estratégica o anticipación estratégica, que partiendo de fuentes abiertas, consiste en colectar, analizar, valorizar, y difundir, informaciones económicas estratégicas ; (B) La capacidad de influenciar e incidir, es decir, la capacidad de orientar positivamente las decisiones y orientaciones de instituciones nacionales e internacionales, especialmente las que refieren a instituciones económicas ; (C) La seguridad económica, es decir, todo lo referido a la protección de informaciones y de actividades y de perfiles personales e institucionales, todo lo referido a lo que podríamos llamar patrimonio económico y científico, sea el mismo tanto material como inmaterial. La inteligencia económica se inscribe en el ámbito estricto de la ley y de lo legal : toda iniciativa o acción de inteligencia económica, en sus diferentes componentes de anticipación (vigilancia), influencia, y seguridad, debe cumplirse usando medios legales, y con el respecto estricto de principios deontológicos.

Formas de la inteligencia económica[editar]

La inteligencia económica ha gestado un concepto asociado que es el de la inteligencia económica territorial. Esta última, tal como fue concebida y definida por el prefecto Rémy Pautrat,[12] sugiere y permite organizar un sistema con sentido, con una estrategia coherente al servicio del crecimiento económico y del empleo, con acciones variadas de ordenamiento territorial (en francés: aménagement du territoire), así como de política industrial y de crecimiento en general, que son llevadas a cabo a escala tanto central como local, con cierto déficit en coordinación (para así dar lugar a una mayor libertad y creatividad).

En consecuencia, podemos en sentido amplio definir la inteligencia territorial como la valorización, la coordinación, y la protección de las ventajas económicas y del saber hacer tanto industrial como tecnológico, en relación a los territorios concernidos y al correspondiente tejido de PME-PMI,[13] con el fin de obtener ventajas comparativas decisivas en relación a la competencia regional y mundial.

Pero… ¿concretamente, qué es lo que comporta y constituye la inteligencia territorial? Bueno, en lo esencia se compone de cuatro tipo de acciones integradas en una unidad o un dispositivo unificado y coordinado.

  • El primer tipo de acción es la propia inteligencia económica territorial (IET), con elaboración de estrategias concertadas de desarrollo económico y tecnológico para los territorios concernidos, apoyándose en polos de competitividad, que serían ejemplos emblemáticos de desarrollos estratégicos en las diferentes zonas o regiones. Las estrategias señaladas se apoyan y orientan en las especialidades y especificidades locales, en el saber-hacer de las filiales de excelencia local que pudieran existir, y la puesta en valor de todas las posibles ventajas detectadas vía redes organizadas de trabajo e intercambio amplio y organizado de ideas e informaciones. En suma, se trata de crear una verdadera dinámica regional de cooperación, favoreciendo el agrupamiento de los servicios estatales entre sí y con los de las colectividades territoriales y los de las empresas (especialmente las pequeñas y medianas PME-PMI), así como con los de las universidades y otros centros de enseñanza y centros de investigación, especialmente en lo que conciernen a proyectos estratégicos comunes.
  • El segundo tipo de acción consiste en la definición y la preservación de un perímetro económico estratégico, es decir, un conjunto de empresas con actividad en el dominio de las tecnologías sensibles, y que conviene proteger por razones locales pero sobre todo por razones de interés nacional o regional así como para de una manera u otra conquistar posiciones privilegiadas en los mercados muy rentables de tecnologías duales (i.e. referentes tanto a dominios militares como civiles).
  • El tercer tipo de acción se refiere a la constitución de redes de expertos y de quienes tienen poder de decisión, en relación a empresas, en relación a la administración, pero también en relación al gobierno y al Estado, en relación a las universidades y centros de investigación, y también en cuanto a otros diferentes actores ligados al desarrollo local económico-social..
  • El cuarto tipo de acción se refiere a la sensibilización y a la propia formación de la inteligencia económica, pues esta última es indispensable en la construcción de la competitividad durable y sostenible de las empresas.

En efecto, la escena internacional y la propia evolución de las naciones hoy día deben interpretarse con la ayuda de una serie de buenas lecturas. Hemos entrado en la economía del saber, donde el cambio y el dinamismo es enorme, y donde apenas si comenzamos a entender la línea de un nuevo modo de acción cuando surgen otros paradigmas que superan en mucho estas ideas. La llamada "economía del conocimiento" es corolario de la mondialización vertiginosa de intercambios y de ideas. Uno de los elementos esenciales del capital estratégico (de la base estratégica) que hoy día determina la prosperidad de las sociedades y la competitividad de las empresas (y por lo tanto la evolución del empleo) es la "información". Por lo tanto, saber buscarla, saber tratarla y resumirla, saber difundirla (al mismo tiempo de ir convenientemente protegiendo los datos sensibles que deben ser reservados), es una de las tareas prioritarias de todos los actores económicos, a la par de estar en la base misma del concepto de "inteligencia económica".

Historia (antecedentes)[editar]

La inteligencia económica, en tanto búsqueda de informaciones y explotación (utilización) de las mismas con un objetivo económico, existe desde hace mucho. En la historia, con frecuencia ha estado ligada a exploraciones, viajes, comercio, e informaciones aportadas por exploradores, viajeros, y comerciantes…

En otros tiempos, las crónicas de viaje han sido muy interesantes fuentes de información, tanto para las empresas como para los gobiernos.

Sin llegar a remontarse a la Antigüedad, se podría citar el comercio establecido a partir de la República de Venecia, las exploraciones de los misioneros (sobre todo franciscanos) en Asia y hasta Extremo Oriente (China) en el siglo XIII, y la consignación de informaciones bajo forma de escritos de viaje (informaciones geográficas, botánicas…). Por cierto, también debe citarse a Marco Polo y al relato titulado Il Milione que en su momento conoció gran suceso.

Otra fuente histórica, actualmente reestudiada en Francia, es la que tuvo origen en el explorador belga Jean de Mandeville quien, después de un viaje de 34 años en Asia (tiempo considerable aún para la época), compiló en varias lenguas los relatos sobre sus propios viajes (1322-1356) así como sobre los de algunos exploradores anteriores, bajo una forma por momentos esotérica o mística, por lo que antes no fue muy tenido en cuenta. Jean de Mandeville se puso al servicio de los ingleses, cuando Francia aún estaba enfrascada en la llamada "Guerra de los cien años".

Las obras de Jean de Mandeville fueron impresas en diferentes idiomas en la segunda mitad del siglo XV, y muy posiblemente entonces fueron leídas por el joven Cristóbal Colón, quien tal vez así comprendió que la Tierra era redonda (en realidad, ello ya se sabía en ciertos medios cultivados europeos). Así, las informaciones geográficas estructuradas en forma cartográfica permitieron a los europeos, de hecho, adquirir la supremacía mundial en el siglo XVI.

Pasemos ahora al siglo XVIII, cuando los colonos anglófonos establecidos en América del Norte, se revelaron contra la corona británica, en buena medida porque no querían pagar las tasas que se les exigía, reivindicando así su derecho a la independencia. Uno de los impulsores de este enfoque, Thomas Jefferson, defendió con fuerza los principios de la propiedad intelectual, pues entendía se encontraban en la propia cultura de la nueva nación.

En la segunda mitad del siglo XIX, los Estados Unidos conocieron un período de muy fuerte inmigración desde Europa (Europa central, Irlanda, Italia…). Por tanto, se sintió fuerte la necesidad de contabilizar la población, utilizándose para ello la técnica que llevaba consigo el uso de la tarjeta perforada Hollerith y de la mecanografía; se consiguió así realizar el primer censo semi-automatizado de la historia.

Durante la Segunda Guerra Mundial, el centro de informaciones de Londres, donde esencialmente trabajaban estadounidenses e ingleses, sacaba partido de todas las informaciones con origen en el continente europeo y en otras partes del mundo. Sin duda los anglo-sajones fueron muy hábiles durante ese gran conflicto mundial en cuanto a colecta y tratamiento de informaciones.

Esta cultura de manejo informativo, permitió a los estadounidenses de desarrollar los primeros sistemas de tratamiento electrónico de la información (ordenadores) en el entorno del año 1942 (en buena medida implementando las ideas de John von Neumann), y en una primera instancia con orientación a la reconversión de la industria estadounidense en economía de guerra, lo que en su momento significó sin duda un enorme esfuerzo.

Las reflexiones teórico-prospectivas sobre la información en esa época (y sobre todo en 1948-1949, o sea, poco después de la aparición de la primera computadora operativa) obviamente estaban fundadas sobre modelos de comunicación bastante simplistas : transmisión de un emisor a un receptor (cf. Claude Shannon).

La visión actual de la inteligencia económica representa una evolución sin duda muy importante respecto del enfoque clásico sobre la información, en la medida que el surgimiento de Internet (Web, mensajería electrónica), así como de redes informáticas dedicadas (Intranet, Extranet), con multiplicidad de emisiones y recepciones, permite un efecto de retroalimentación que en gran escala eran inconcebibles y no operativos en los sistemas telegráficos y telefónicos tradicionales, máxime que al inicio mucha cosa era analógica y no numérica, tanto en la radiodifusión como en la televisión. La informática de empresa tuvo un fuerte empuje en los años 1970, a pesar de que en esos tiempos los procesamientos se hacían hacia dentro de cada institución, con pocos intercambios de información hacia afuera, y cuando ellos se daban, implementados de manera rudimentaria y poco operativa.

Internet sin duda no es ni un concepto ni una herramienta menor, y en pocos años ha cambiado nuestras vidas.

Dès la Révolution, et issue de renseignements depuis au moins le début du SXVIII, une structure de départ en quatre grands ensembles avec d'autres se dessine ; l'École polytechnique pour les grands corps, l'École des langues O pour les ambassades, l'École des maîtres, le Conservatoire et le Musée des Arts et Métiers. Pour être reconnus, tous les auditeurs doivent alors produire à un instant ou à un autre un rapport (avec exposé ; les fameuses leçons) pour l'action, la décision, issue de veille et d'observation au quotidien, assidues et perfectionnées ; plusieurs milliers de mémoires sont alors utilisés ainsi depuis le début Plantilla:S-. Le procédé rapidement reconnu par son efficacité s'étend à tout le territoire.

Ciclo, contenido, y funciones de la inteligencia económica[editar]

L’intelligence économique peut :

  • soit rechercher des informations sur un sujet déterminé considéré comme stratégique : question posée par la direction conduisant à la recherche de renseignement,
  • soit recueillir des informations sur le contexte de l'organisation à partir du processus de veille, discerner celles qui sont d'un intérêt stratégique pour l'entreprise, les structurer dans la mémoire collective, et définir les plans d'action.

La première approche est l'approche classique du renseignement qui était adoptée par les services secrets.

La deuxième approche est la nouvelle approche de l'intelligence économique, qui s'impose dorénavant en raison de l'importance du contexte dans le cadre de la mondialisation. Elle privilégie la perception de l'environnement, en utilisant les sources ouvertes, qu'elles soient obtenues par les relations humaines ou des sources écrites.

Les Américains appellent le processus d'intelligence des sources ouvertes open source intelligence (OSINT).

Aux États-Unis, plusieurs concepts illustrent l'interaction croissante entre les domaines d'activité (environnement, social, économique, juridique, militaire…) :

Ciclo informativo o ciclo de informaciones[editar]

Le cycle du renseignement correspond à l’ancienne approche utilisée par les services secrets. Le fonctionnement du cycle est le suivant :

Intelligence économique.svg

  • L'orientation

La base du cycle est constituée par les questions auxquelles on cherche à répondre. Elles sont le plus souvent définies par la direction de l'organisation. Ces questions vont orienter les "capteurs" qui vont permettre l'accès aux sources d'informations.

  • La collecte d’informations

Elle a lieu à la fois dans les réseaux internes et externes et dans la mémoire de l'intelligence économique. Des informations peuvent également provenir des sources les plus diverses (documentations publiques, médias, salons et rencontres, brevets, normes, back-engineering)

  • L’exploitation

Les informations collectées sont analysées par les experts de l’organisation. L'analyse est supposée comprendre la validation des données, leur recoupement, leur mise en perspective.

  • La diffusion

Les informations analysées et structurées (c’est-à-dire rendues exploitables) sont diffusées aux personnes concernées dans l’organisation, afin qu'elles soient utilisées par les acteurs qui en ont besoin dans le cadre de leurs fonctions. Notamment, on transmet les informations à la direction qui pourra définir de nouvelles questions.

Crítica del enfoque llamado ciclo informativo[editar]

Le premier auteur qui ait critiqué la notion de cycle de renseignement est Harold Wilensky en 1967. Ces critiques seront reprises et développées par Steven Dedijer en 1972, lors de la création de la première formation universitaire à l'intelligence économique à l'université de Lund en Suède. Les deux auteurs émettent les critiques suivantes:

  • Le cycle du renseignement a été développé dans des contextes militaires et de renseignement. Son propos est avant tout politique, en ce sens qu'il est justifié par une séparation entre le recueil (les agents) et l'analyse (les analystes, proche du commandement) dans un but sécuritaire: protéger les intentions du commandement vis-à-vis du terrain, créer un mur opaque et inviolable entre les agents et le centre de commandement. Sun Zi fut le premier à encourager cette séparation dans son chapitre consacré aux "agents sacrifiés" dans son Art de la guerre.
  • La deuxième critique apportée par Steven Dedijer en 1989 tient à la dimension temporelle de l'exploitation du cycle « plan de recherche » vs « recueil ». Fort de son expérience de 50 ans de pratique de cycles de renseignement, Steven Dedijer soulignait qu'entre le démarrage d'un effort de renseignement et son aboutissement, les structures de pouvoir changent si bien que les systèmes de commandement ayant initialement demandé le renseignement seront probablement différentes à l'aboutissement. Dans ce cas, le mur qui est opposé aux agents de recueil (leur incapacité à remonter vers la source de commandement) crée des défaillances majeures. Une telle faille est intervenu aux États-Unis dans le cadre de la non détection des attentats du 11 septembre 2001. Il existe aux États-Unis un double mur : entre le recueil et le politique d'une part, entre les deux agences domestiques et globale d'autre part. Cette question fut très largement documentée dans le rapport du Congrès sur les attentats du 11 septembre.
  • La troisième critique provient de sciences du management, notamment dans les travaux de P. Baumard qui souligne en 1991 dans Stratégie et surveillance des environnements concurrentiels, que l'accélération des rythmes de la compétition (cycles technologiques courts, vélocité sur les marchés, mouvements stratégiques rapides) nécessite une décentralisation des processus de formulation des stratégies d'entreprise, et rend les cycles lourds, centralisés, inefficaces et peu productifs. Il souligne qu'une formulation décentralisée de la stratégie d'entreprise nécessite que le mur entre recueil et analyse soit aboli, pour que les agents de recueil au plus proche de l'action stratégique sur le terrain produisent l'interprétation (analyse) lorsque les ruptures apparaissent dans l'environnement ou dans le comportement des acteurs. Il souligne également qu'étant donné la variété et la taille des actions gérés par les grands groupes multidivisionnels, il est impossible qu'une cellule centralisée puisse cumuler et capitaliser la connaissance nécessaire pour pouvoir animer de tels cycles sans encourir de fortes déformations, des biais importants et créer des angles morts.

La plupart des consultants en intelligence économique continuent à "vendre" tel quel le "Cycle du renseignement" aux entreprises, parce qu'il confère une image de rigueur et un semblant méthodologique à la discipline, mettant de côté le fait que ce cycle, inspiré du renseignement militaire, doit impérativement être adapté au monde de l'entreprise.

Enfoque moderno de la inteligencia económica[editar]

Dans le deuxième cas, on ne sait pas exactement ce que l'on va trouver. Par rapport à la vision technique du renseignement, l'analyse des informations, leur structuration, leur déclinaison en stratégie et la mise en œuvre des actions sont plus élaborées et beaucoup plus réparties dans l'organisation.

En France, Bernard Besson et Jean-Claude Possin penchent pour cette nouvelle approche, de même que toutes les nouvelles instances d'intelligence économique (AFDIE, Fépie…)

Les axes d'effort sont alors :

  • Traitement et interprétation des données recueillies
  • Formulation des raisonnements stratégiques
  • Mise en œuvre des actions et animation des réseaux
  • Évaluation des effets et mutualisation des pratiques

Chacune de ces étapes devrait dans l'absolu faire l'objet d'une approche spécifique d'intelligence économique.

De plus, l'intelligence économique ne se limite plus aux entreprises, mais devient de plus en plus un enjeu d'État. C'est notamment tout le débat sur le patriotisme économique.

Contenido y contexto de la inteligencia económica[editar]

L’intelligence économique ne se résume pas à la veille. Selon les travaux de l’AFDIE (Association française pour le développement de l’intelligence économique), inspirés par les idées développées aux États-Unis par la Society of Competitive Intelligence Professionals (SCIP) la décennie précédente, l’intelligence économique comprend les tâches suivantes :

  • Recherche et recueil des informations et des connaissances clés
    • Veille ;
    • Recherche documentaire ;
    • Investigation (sources humaines).
  • Traitement et interprétation des données recueillies
  • Mise en œuvre des actions et animation des réseaux
    • Animation de réseaux d'influence ;
    • Déploiement préventif ou curatif des actions offensives ou défensives ;
    • Préparation puis mise en œuvre d'une war room;
    • Communication sur les valeurs.
  • Évaluation des effets et mutualisation des pratiques
    • Étude d'impact ;
    • Rétroveille sur les processus ;
    • Échanges de pratiques et de savoirs ;
    • Audit d’intelligence économique, auto-évaluation.

Funciones de la inteligencia económica[editar]

Con este objetivo, cierto número de funciones han sido señaladas como participando en el funcionamiento de la inteligencia económica. Por ejemplo, Bernard Besson y Jean-Claude Possin distinguen cuatro:[14] Maestría, Memoria, Red, Análisis.

  • La red.
On le divise souvent en
* réseau externe : constitué de personnes n'appartenant pas à l'entreprise, de provenances diverses (connaissances des employés, clients, fournisseurs, partenaires, contacts délibérés…) ;
* réseau interne : les employés de l'organisation pouvant servir d’experts sur une question, et fournir des informations.
C'est le seul organe spécifique de l’intelligence économique. La mémoire est chargée de mémoriser les informations et connaissances explicites de l'entreprise, obtenues ou non grâce à l'intelligence économique. Elle peut être organisée dans le cadre d'un projet d'ingénierie des connaissances. Il s’agit d'un référentiel structuré dont, idéalement, les données principales (métadonnées) sont compatibles avec la structure du système d'information et répondent à des normes de mise en cohérence interne et externe.
  • La maestría.
L'intelligence économique est au service de l'organisation. À ce titre, elle est pilotée par le chef d'entreprise, qui doit définir ses objectifs et les grandes questions auxquelles elle devra répondre. La qualité des questions est capitale pour obtenir des informations intéressantes. Au départ, les questions devront rester les plus ouvertes possibles pour ne pas exclure a priori des informations clés qui pourraient surgir du contexte. L'éthique et la déontologie relèvent de cette fonction.
  • El análisis.
Il s'agit des correspondants du réseau d'intelligence économique qui produisent des questions pertinentes et valident les réponses en offrant des choix multiples à l'entreprise. Elle est organisée transversalement, comme le réseau et la mémoire.

Jean-Louis Levet et Robert Paturel identifient, de leur côté, les quatre fonctions suivantes : maîtrise du patrimoine scientifique et des savoir-faire, détection des occasions et des menaces, coordination des stratégies, mise en œuvre de pratiques d'influence.[15]

On peut rapprocher ces fonctions de notions similaires quoiqu'assez différentes : les éléments clés de la stratégie donnée en réseau centré du département de la défense des États-Unis.[16]

La inteligencia económica en el ciclo moderno[editar]

Certains consultants en intelligence économique affirment que sa mise en place devrait avoir pour préalable l'évaluation de la culture stratégique de l'entreprise, en commençant par :

  • une phase d'audit d'intelligence économique,
  • une veille sur les méthodes des concurrents,
  • une analyse des meilleures pratiques à l’intérieur de l’organisation.

Cette conception de l'intelligence économique peut rencontrer des difficultés:

  • Les « audits d'intelligence économique » peuvent être des approches dangereuses pour l'organisation car ils confient à un intervenant extérieur le rôle de faire parler les acteurs sur un sujet délicat.
  • Les travaux scientifiques sur l'intelligence économique ont montré qu'un manager est incapable de formuler des besoins de connaissance sans éviter de lourds biais de perception et d'interprétation.
  • Un tel audit, même fait correctement peut rencontrer deux écueils: (1) On dit au client des choses qu'il sait déjà ou (2) On lui dit des choses qu'il n'a pas envie d'entendre.
  • La veille sur les méthodes concurrentes pourrait conduire à l'imitation, le mimétisme et l'homologie, mais, si elle est réalisée correctement, peut être riche d'idées, et lever des inhibitions ("si d'autres le font, pourquoi pas nous ?").

Investigación y recopilación de informaciones y de conocimientos claves[editar]

Le recueil des informations est l’objet du processus de veille (passif) ou de renseignement (actif), qui est une recherche proactive d'informations. Ces informations sont :

Le processus d'intelligence fait appel à des qualités de discernement ou d'intuition de la part des veilleurs et des experts, dans la perception de l'environnement.

L'intuition est une prise de conscience immédiate et individuelle. Elle peut conduire à des erreurs d'appréciation. Il faut donc vérifier les informations à partir de plusieurs sources, et discerner par perception précoce quelles sont les informations justes, utiles, dont on pourra faire le meilleur usage, en fonction de la réglementation par exemple, ou du contexte.

La veille passe aujourd'hui par l'utilisation sur le Web de moteurs de recherche très sophistiqués, dont les performances dépendent des caractéristiques techniques : recherches plein texte, ou, de plus en plus, recherches sémantiques avec utilisation de métadonnées. La veille doit dépister les stratégies de diversion de l'adversaire, qui peuvent se manifester par des rumeurs,[17] des bruits, de la désinformation.

Les différents types de veille classés par ordre alphabétique sont :

Toutefois, l'intelligence économique cherche à aller plus loin, en mémorisant ses propres résultats et en adoptant une démarche proactive visant à faire fructifier l'information recueillie : c’est l’objet des étapes suivantes du cycle.

L'esprit de typologie est l'intellectualisation des esprits pauvres. La catégorisation présentée ci-dessus s'avère le plus souvent très dangereuse pour l'entreprise en faisant penser aux décideurs qu'une approche fonctionnelle de ses problèmes stratégiques est une solution adéquate. Elle donne l'illusion aux décideurs qu'ils peuvent compartimenter le social du technique, le média du commercial, le territoire et le stratégique, etc. Aucun de ces domaines n'est indépendant, et les éléments de rupture les plus importants ont toujours lieu à l'intersection ou dans la combinaison de ces différents domaines. Dès lors, les consultants en intelligence économique, en encourageant la création de typologies d'observation au sein des entreprises, créent (1) des angles morts, (2) une contre-productivité de l'effort d'intelligence économique détruisant l'information essentielle se trouvant aux intersections et (3) un faux sentiment de maîtrise issu de l'existence d'une typologie.

Tratamiento e interpretación de informaciones[editar]

Les informations recueillies sont analysées et structurées par des méthodes Forces, Faiblesses, Occasions, Menaces (matrice FFOM). L'équivalent en anglais est Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats (voir SWOT).

L'utilisation du modèle de Learned, Christensen, Andrews et Guth (Harvard, 1962), plus connu sous le nom de SWOT, est une preuve flagrante de l'incompétence en stratégie d'entreprise du monde du conseil en intelligence économique. Cette approche, longtemps enseignée dans les écoles de commerce (et encore dans les moins performantes d'entre elles, sans aucune précaution méthodologique) est inspirée d'une conception déterministe de la stratégie d'entreprise, ce qu'on appelle le strategic choice dans la littérature en stratégie d'entreprise. Elle a été conçue en 1962, en s'inspirant des travaux d'Ansoff qui datent de l'après Seconde Guerre mondiale. À l'époque, la compétition se résume à une compétition multi-domestique d'une part, et à l'émergence de quelques produits globaux d'autre part (Coca-Cola par exemple). L'approche consiste à rapprocher des compétences internes d'occasions externes, d'où la notion d'adéquation stratégique (strategic fit). Elle est tout à fait anachronique et obsolète dans le contexte actuel, pour les raisons suivantes :

  • Il est difficile de distinguer entre "occasions" et "menaces" dans un environnement compétitif fait de coopétition et à très forte mobilité, où un actif menacé sur un segment peut représenter une forte occasion dans un autre segment. Par exemple, la prolifération des actifs dits en détresse de large bande (broadband) est une menace pour un groupe de télécommunications traditionnel, mais c'est également une occasion qui peut permettre à ce groupe de s'engager sur la Voix sur IP (VoIP) et le passage au tout IP (contenus numériques / changement de métier). Il en va de même pour les "forces/faiblesses"
  • Distinguer entre un "interne" et un "externe" d'une organisation aujourd'hui témoigne du manque complet de culture générale sur les organisations. La compétitivité aujourd'hui réside dans la capacité à intégrer des réseaux externes dans la constitution des systèmes d'offre (impartition stratégique comme le secteur automobile, ou cas exemplaire du secteur des biotechnologies). Une entreprise qui s'installe dans un schéma de perception interne /externe perdra très probablement des parts de marché importantes, s'interdisant d'agir dans ce qui fait la compétitivité des entreprises aujourd'hui.

Cette étape consiste à structurer et à mémoriser les informations. Le processus d'appropriation des informations par l'organisation conduit à une connaissance structurée dans la mémoire de l'entreprise. Ce processus s’appelle la gestion des connaissances (knowledge management en anglais).

Dans cette étape, l’analyse des informations est un processus clé, au cours duquel on va définir l'usage à faire des informations recueillies. Autrement dit, les questions juridiques prennent une importance déterminante :

Idéalement, la structure de la mémoire s'appuie sur des données principales (métadonnées) cohérentes avec le reste du système d'information.

Ainsi, veille et gestion des connaissances sont des domaines complémentaires de l’intelligence économique, qui s’alimentent mutuellement.

Formulación de bases estratégicas[editar]

À ce stade, l'organisation peut être amenée à définir un plan de protection du patrimoine informationnel, et une stratégie de sécurité des systèmes d'information.

Puesta a punto de acciones y operatividad en las redes[editar]

La blogosphère IE est présente sur Internet à travers de nombreux sites généralistes ou centrés sur un thème particulier comme la veille, la géostratégie, l'e-réputation, le lobbying, la cybercriminalité ou le Knowledge Management.

Evaluación de los efectos y mutualización de las prácticas[editar]

Les avantages de cette méthode sont essentiellement d'ordre économique et organisationnelle. La mutualisation des pratiques permet d'aboutir par un phénomène de famine à l'innovation et à la compétitivité. L'effet inverse à éviter est l'imitation, le mimémisme ou l'homologie, le manque de gout ou la pauvreté des esprits peuvent aboutir à des innovations et avancées technologiques peu signicatives. C'est le cas des grandes familles de marque de constructeurs de téléphone mobile et de smartphone comme SAMSUNG ET APPLE et la guerre des brevets(2011-2013).

Políticas ejecutadas[editar]

En Francia[editar]

Après le Japon dans les années 1970 et les États-Unis à la fin des années 1980, la France s'est lancée à son tour dans cette démarche d'intelligence économique, initialement au début des années 1990, puis à compter de 2003 à la suite de tentatives de prise de contrôle de sociétés françaises sensibles, de l'activisme de fonds d'investissement étrangers et des agissements de certaines officines de renseignement.

Historia (antecedentes)[editar]

  • En 1994 le rapport du Commissariat général du Plan "Intelligence économique et stratégie des entreprises" appelé parfois rapport Martre (du nom de son rédacteur, Henri Martre, ancien PDG de l’Aérospatiale), apporte la légitimité de l’État à ces nouvelles pratiques. L'idée de la création d'un groupe d'études sur la question est apportée au Plan par Philippe Baumard et Christian Harbulot. Le Groupe est constitué de façon informel, et contient pour sa grande majorité des membres issus des contacts personnels de Philippe Baumard et Christian Harbulot, ce qui constitue une première pour un groupe d'études du Plan. En avril 1995 est créé le Comité pour la compétitivité et la sécurité économique, placé auprès du Premier ministre et comprenant sept membres élus pour deux ans (chefs d’entreprises, scientifiques, syndicalistes). Ce comité tombera en désuétude à partir de 1997 sous le gouvernement de Lionel Jospin, qui ne renouvellera pas ses membres.
  • En 2000 deux fonds d'investissement américains supposés proches de la CIA, Texas Pacific Group et Spectrum Equity Investors, cherchent à prendre le contrôle de la société française Gemplus, leader mondial des cartes à puces. Le ministère des Affaires étrangères est alerté une seconde fois sur le dossier Eutelsat alors visé par ces deux mêmes fonds (note du 22 février 2004). Les pouvoirs publics évoquent la "remise en cause de la continuité et de la sécurité de diffusion des chaînes publiques françaises et européennes", les "risques industriels", dans la mesure où "Eutelsat a recours en exclusivité aux services de lancement d'Arianespace", ou encore les "menaces pour l'utilisation d’Eutelsat par les forces militaires de pays européens" qu'aurait représentées cette opération. Ils réussissent à limiter la montée en puissance de ces fonds à 23,3 % contre le tiers du capital espéré.
  • Un député s'empare du sujet en juin 2003, Bernard Carayon, député (UMP) du Tarn remet au Premier ministre un rapport intitulé Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale qui la présente comme une politique publique destinée à garantir la cohésion sociale en assurant le développement économique. Une de ses annexes présente plusieurs définitions parfois contradictoires de l'intelligence économique pour mieux souligner la difficulté de la définir.
  • Parmi les conséquences de ce rapport on compte la nomination d'un Haut Responsable à l'Intelligence Economique (HRIE) rattaché au Premier ministre en la personne de M. Alain Juillet dont le parcours professionnel (postes de direction dans le Privé, et service dans les Renseignements) lui donne une forte crédibilité vis-à-vis de l'État, bien que son expérience personnelle dans le domaine de l'intelligence économique d'entreprise soit limitée, et qui tente de fédérer et de contrôler la profession par la création d'un syndicat professionnel, la Fepie (Fédération des professionnels de l’intelligence économique) ; le lancement des pôles de compétitivité par Dominique de Villepin ; la mise en œuvre d'une politique d'intelligence territoriale par Nicolas Sarkozy.

Organización a nivel estatal[editar]

  • Nomination du haut responsable chargé de l’intelligence économique : nomination d'Alain Juillet le 31 décembre 2003, comme haut responsable chargé de l’intelligence économique au SGDN (Secrétariat général de la défense nationale) par le président de la République à la suite du rapport « Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale » du député Bernard Carayon.
  • Création d'une délégation générale de l'intelligence économique à Bercy : nomination de François Asselineau le 12 octobre 2004 au poste de directeur.[19]
  • Actions publiques (au Plantilla:1er semestre 2009) :
    • mise en place de responsables de l’intelligence économique dans différents ministères (Affaires étrangères — une cellule est également prévue auprès de chaque ambassadeur —, Intérieur, Économie, Finances et Industrie, responsable nommé mais sans équipe ni moyen)
    • mise en place de pilotage régionaux de l'intelligence économique par les préfets ;
    • création d'un « référentiel » destiné aux professionnels de la formation en matière d'intelligence économique ;
    • création d'une fédération des professionnels de l'intelligence économique ;
  • Définition des secteurs dits « sensibles » (septembre 2005) : le ministre de l’Industrie annonce en septembre 2005 la publication prochaine du décret d’application de la loi modifiant le code monétaire et financier. Ce décret devrait comprendre une liste de secteurs dits « sensibles » (la presse cite les casinos, l'armement, la cryptologie, les biotechnologies, la sécurité des systèmes d'information…).
  • Coordination entre le délégué interministériel au développement durable et le haut responsable à l'intelligence économique (septembre 2005)
  • Nomination du Coordonnateur ministériel à l'intelligence économique au sein des ministères de Bercy en août 2006
  • Mise en œuvre du dispositif d'intelligence économique au sein des Ministères économique et financier à Paris et dans les régions : les chargés de mission régionaux à l'intelligence économique, par la circulaire du 21 mars 2007 (publiée au JORF n° 108 du 10 mai 2007 page 8265)
  • Nomination d'un Délégué Interministériel à l'Intelligence Économique le 17 septembre 2009 http://www.gouvernement.fr/gouvernement/delegue-interministeriel-a-l-intelligence-economique
  • Nomination d'un nouveau Coordonnateur ministériel à l'intelligence économique des ministères économique et financier en août 2010 http://www.economie.gouv.fr/intelligence-economique
  • Le Premier ministre précise l'action de l'État en matière d'intelligence économique au niveau des administrations centrales et des services déconcentrés par la circulaire du 15 septembre 2011 http://www.economie.gouv.fr/politique-publique-d-intelligence-economique
  • Nomination de Claude Revel le 29 mai 2013, Déléguée interministérielle à l’intelligence économique, poste rattaché au Premier ministre. http://www.intelligence-economique.gouv.fr/

Situación actual[editar]

En 2006, certains experts, comme Patrick Artus ou des experts d'autres cercles, critiquent le manque de doctrine théorique dans la politique d'intelligence économique française. Patrick Artus appelle notamment à une « doctrine claire, qui pour l'instant n'a émergé ni à droite ni à gauche ». Ainsi, le gouvernement français n'a pas encore transposé en France les systèmes réseau centrés très développés aux États-Unis.[20]

Sur le plan pratique et en particulier en direction du monde économique, le MEDEF a publié pour ses adhérents PME en novembre 2006 un guide pratique d'intelligence économique.

Selon Bernard Carayon, l'Union européenne est dans une situation de totale dépendance dans les technologies de l'information vis-à-vis des États-Unis. La politique d'intelligence économique française doit être développée dans les directions suivantes :

  • elle doit être coordonnée avec les autres politiques européennes, en particulier celle de l'Allemagne,
  • elle doit approfondir les questions de normalisation.

La délégation générale pour l'armement a défini un cadre d'architecture des systèmes d'information analogue à ceux déjà définis par le département de la défense des États-Unis (DoDAF) et par le ministère de la défense britannique (MODAF).

La politique publique se poursuit, en mettant l'accent sur les pôles de compétitivité et les petites et moyennes entreprises. La conclusion du pacte PME devrait permettre de définir un Small Business Act à l'européenne.

L'intelligence économique à la française se heurte à une faiblesse numérique des sites internet en français (4 % des pages web dans le monde étaient en français en 2003), par rapport aux sites en anglais (45 % des pages web étaient en anglais à la même date). Il faut noter que la situation s'est améliorée entre 1996 et 2003, puisque la proportion de pages web en français était en 1996 de 3 %, contre 75 % en anglais.[21]

Formación en inteligencia económica[editar]

En la Unión Europea excluida Francia[editar]

Le deuxième rapport de Bernard Carayon sur l'intelligence économique indique qu'il n'y pas de véritable contrôle politique du travail des institutions européennes par les États membres (voir Principe de subsidiarité du droit communautaire#Le contrôle politique). La Fondation Prometheus qu'il préside propose des agendas prospectifs permettant de connaître l'échéancier communautaire à venir dans les secteurs "stratégiques" (santé, développement durable, défense, énergie…). Les acteurs suivis sont le Conseil européen, la Commission européenne, le Parlement européen, le Comité des Régions, le Conseil Économique et Social Européen, les agences et clubs qui en émanent, ainsi que les associations et think tanks dont la vocation est de participer au processus décisionnel. De plus, Bernard Carayon préconise la mise en place au niveau de l'Union européenne d'un registre du commerce et des sociétés garantissant la transparence des acteurs.

La France n’est pas le seul pays européen à avoir mis en place une politique d'intelligence économique.[26]

À la date du Plantilla:1er janvier 2006, tous les pays membres de l'Union européenne, à l’exception des Pays-Bas, de la Belgique et de l'Autriche, ont mis en place des dispositifs de contrôle des investissements étrangers concernant l'ordre public et la défense nationale.

  • Le Danemark, interdit l'acquisition de groupes spécialisés dans le transport maritime et aérien ou l'exploration pétrolière à toutes les sociétés non danoises.
  • L'Allemagne dispose d'un droit de veto pour tout investissement étranger égal ou supérieur à 25 % dans des activités de défense et de cryptologie. De plus certaines entreprises (Caisses d'épargnes, Volkswagen, producteurs d'acier…) sont protégées par la présence des Länder à leur capital, encore que d'après certains spécialistes, cette protection pourrait devenir illusoire lorsque ces sociétés auront besoin de capitaux frais, mais qui en attendant les protège des tentatives de prise de contrôle.
  • L’Espagne protège les secteurs de la défense nationale, des jeux, de la télévision et de la radio.

Mais l'enjeu le plus sensible est sans doute celui de la diversité culturelle et linguistique de l'Union européenne comparée à la forte présence de la langue anglaise dans le monde.

Voir sur ce point :

En Estados Unidos[editar]

Aux États-Unis, l'intelligence économique est pratiquée activement depuis la Seconde Guerre mondiale.

Alors qu'en France, on considère que le volet offensif est du domaine des entreprises, et le volet défensif (dispositifs de protection contre des investisseurs non nationaux) du domaine de l'État, les États-Unis ne font pas cette distinction. Les secteurs militaires et civils communiquent beaucoup plus qu'en Europe.

À la fin des années 1980, l'administration américaine a lancé la politique d'advocacy de soutien aux entreprises, qui est essentiellement une stratégie offensive.

Grandes líneas de la política de inteligencia económica en Estados Unidos[editar]

La politique actuelle d'intelligence économique des États-Unis résulte du constat effectué après la guerre du Viêt Nam de la nécessité d'adapter l'armée américaine au contexte des guerres modernes. Le programme CALS a d'abord été conçu dans les années 1980 pour édicter des exigences vis-à-vis des fournisseurs du département de la défense. Puis les exigences sur l'ensemble des fonctions militaires ont été décrites dans C3ISR (guerre du Golfe de 1990-1991), devenu C4ISR.

De nouveaux concepts de systèmes d'information en réseau, le Network centric warfare, ont été utilisés pour la première guerre du Golfe.[27] Ils structurent depuis le début des années 1990 l'architecture des systèmes d'information des organismes stratégiques des États-Unis. Un cadre d'architecture des systèmes d'information a été défini en 2003 (DoDAF), dans l'esprit de la stratégie des données en réseau-centré (Net-centric data strategy, NCDS).

Globalement, on peut dire que la stratégie actuelle du département de la défense s'articule autour de trois éléments clés :

Cette stratégie influence en fait pour une grande part les systèmes d'information mondiaux sur la Toile.

Principales características[editar]

La politique d'intelligence économique des États-Unis s'appuie :

  • sur des méthodologies de partage structuré d'informations comme le NCW (Network centric warfare) utilisées dans des salles d'opérations (familièrement appelées « war room », qui procurent aux entreprises des secteurs stratégiques une très grande puissance d'investigation et de décision ; le web et les métadonnées sont massivement employés pour indexer les ressources informatiques. Les organisations publiques américaines gèrent des registres de métadonnées qui permettent de partager ou de voiler (selon les cas) les informations sur le web ;
  • sur une politique d'influence dans tous les domaines : culturel et linguistique, technologique, juridique, réglementaire, fonctionnel (conseil, audit, notation), moral (corruption, droits de l'homme, écologie), multimédiatique (internet);[28] elle se manifeste auprès d'un grand nombre d'organisations internationales (OMC, WBCSD, ONU, OCDE, Union européenne…) ;
  • sur le concept de gestion de la perception (en américain perception management) permettant de camoufler les initiatives internes des États-Unis à des cibles sélectionnées;[29]
  • sur des actions systématiques de normalisation, et de lobbying auprès des organismes qui définissent les règles du commerce international (chambre de commerce internationale, BASD),
  • sur l'usage de la langue anglaise ;
  • sur un système juridique (soft law) où le droit mou a plus de place ;
  • sur la puissance financière des fonds de pension ;
  • sur un dispositif de protection contre les acquisitions de sociétés américaines.
    Ce dispositif n'intervient qu'assez tard dans le processus : les projets d'acquisitions sont regardés par le Committee on Foreign Investment in the United States dirigé par le secrétaire au Trésor, qui détermine au cas par cas si la vente à un propriétaire étranger d'une entreprise est censée "menacer d'affaiblir la sécurité nationale". Des sociétés peuvent également avoir des statuts particuliers pour limiter les prises de contrôle hostiles.[30] L'Exxon-Florio National Security Test for Foreign protège également les entreprises américaines.[31] Enfin, le 11 septembre et les initiatives chinoises sur de grandes entreprises américaines jugées d’intérêt stratégique ont renforcé les réflexes protectionnistes (cf. tentative d'offre publique d'achat [OPA] du chinois CNOOC sur la septième compagnie pétrolière américaine, Unocal, en juin 2005).
  • sur un environnement législatif protégeant des domaines d'activité.
    Outre les sociétés, la loi américaine protège certains domaines d'activités comme les travaux d'infra-structures portuaires et la réparation navale interdits aux entreprises étrangères.[32] De même d'autres secteurs sont également soumis à un encadrement spécifique (compagnies aériennes…) interdisant et limitant le contrôle des sociétés américaines par des capitaux non américains.
  • sur un environnement législatif favorisant les PME.
    Le Small Business Act de 1982, programme d'aide aux PME, leur réserve 23 % des contrats gouvernementaux et 40 % de la sous-traitance.[33]

En Asia[editar]

  • Au tournant du siècle, le Japon met en œuvre un nouveau modèle d'intelligence collaborative sous la forme de « communautés stratégiques de connaissance », voir [2]. Le Japon a une politique d'intelligence économique depuis 1970.
  • La Chine s’est ouverte prudemment aux investissements étrangers, pour mettre à niveau du point de vue technologique et managérial son économie, mais de façon qui reste limitée dans la plupart des secteurs (banques, aciéries, constructeurs automobiles, cimenteries, raffineries, réseaux de distribution d'essence…) pour y garder un certain contrôle. À la date du début 2006, l'acquisition d'une participation majoritaire dans une entreprise chinoise n'est pas encore permise, les investissements étrangers devant prendre la forme de partenariat limité à 20 % ou 25 % du capital suivant que l’investissement est le fait d’une seule entreprise ou d'un consortium.

Organización de la profesión[editar]

Les organisations représentant la profession en France sont :

  • SCIP France, créée en 1992, regroupe principalement des entreprises clientes et prestataires (SIE), et a pour but de développer les pratiques du métier.
  • L'AFDIE, créée en 2003, est plus orientée vers le lien entreprises / pouvoirs publics.
  • La Fepie, créée en 2005, a vocation à devenir le syndicat professionnel des entreprises prestataires.

Cuestiones éticas[editar]

En 1998, l'association SCIP France adhère au Code d'Éthique de l'Association SCIP Internationale.

L’amiral Lacoste a été chargé par Alain Juillet de définir les règles de fonctionnement de la profession de l’intelligence économique. La fédération des professionnels de l'intelligence économique (Fepie) a été mise en place dans ce but. Sa charte d'éthique précise, en huit articles, les grandes lignes des bonnes pratiques que les professionnels s'engagent à respecter.

Une contribution pour ceux qui ne réduisent pas l'éthique à une pratique professionnelle.[34]

Voici des liens pour approfondir ce thème : Éthique en intelligence économique, Éthique des affaires, Droit des affaires, Veille juridique

Modelo de inteligencia económica[editar]

L'Association française pour le développement de l'intelligence économique (AFDIE) a identifié 11 facteurs:[35]

Inteligencia económica y negocios inteligentes[editar]

L'intelligence économique (IE) se distingue de la business intelligence (BI) car cette dernière, malgré tout ce que pourrait suggérer une traduction littérale, correspond en réalité à une catégorie particulière d'applications informatiques.[36]

En effet, l'expression business intelligence est communément employée comme synonyme d'informatique décisionnelle, concept qui couvre un périmètre beaucoup plus restreint et dont l'application pratique, jusqu'à présent, est plus souvent focalisée sur le contrôle et l'optimisation des activités que sur la connaissance globale des opportunités et des menaces stratégiques. De plus, la BI s'appuie actuellement surtout sur des données opérationnelles pré-structurées, quantitatives, déjà disponibles dans le système d'information interne, et très peu sur des données qualitatives ou externes multiformes.

Pour certains, la "Business Intelligence", ne serait qu'un slogan marketing inventé pour vendre des logiciels d'exploration de données (data-mining) et de contrôle de gestion.

Inteligencia económica y desarrollo sostenible[editar]

Bien que son dos dominios distintos, la inteligencia económica y el desarrollo durable o sostenible están relacionados, en particular en lo que concierne a los criterios de elección de las inversiones sostenibles estratégicas.

El modelo de inteligencia económica[37] de la AFDIE (Association française pour le développement de l'intelligence économique)[38] incluye un criterio de percepción del entorno, que señala que la empresa debe integrar el análisis químico medioambiental en la formulación de su estrategia. L'environnement de l'entreprise est porteur de risques qui la soumettent à des contraintes concernant le juridique, le social, le respect de l'environnement naturel, les règles particulières d'éthique, la gouvernance d'entreprise et tous les éléments participant au développement durable.

L'entreprise doit élargir l'éventail des veilles spécifiques, et ne plus se limiter à la veille concurrentielle et technologique, mais intégrer la veille environnementale, la veille juridique (de plus en plus de lois et directives européennes portent sur l'environnement), la veille sociétale. Les éléments constitutifs du développement durable constituent en effet un ensemble de signaux faibles auquel les spécialistes de l'intelligence économique doivent s'intéresser.[39]

À noter également que la mise en place d'une politique d'intelligence économique a notamment pour objectif d'assurer la pérennité de l'entreprise par la prise de décisions en toute connaissance de son environnement présent et de ses évolutions futures. La conservation des informations et des connaissances (gestion des connaissances) au sein de l'entreprise, la mémoire des échecs et des succès et les prises de décisions en conséquence assurent également une stabilité à l'entreprise.

En France, le haut responsable à l'intelligence économique, Alain Juillet, a rencontré le responsable de la délégation interministérielle au développement durable, Christian Brodhag.

Bibliografía[editar]

  • Manuel d'Intelligence économique, bajo la dirección de Christian Harbulot, Presses Universitaires de France (colección Major), 2012.
  • François Jeanne-Beylot, Besoin en cotation de l’information en intelligence économique, Ediciones La Bourdonnaye, enero 2013.
  • Thibault du Manoir de Juaye, Intelligence Economique : Utilisez toutes les ressources du droit, Éditions d’organisation, 2000.
  • Thibault du Manoir de Juaye, Le droit de l'intelligence économique, Litec (colección Litec professionnels), 2007.
  • Gagliano Giuseppe, La nascita della intelligence economica francese, Aracne, 2012.

Obras generales de consulta[editar]

Otras obras[editar]

En esta sección, la bibliografía es presentada en orden anticronológico, de manera de enumerar primero los documentos más recientes en materia de "inteligencia económica".

  • Antoine Violet-Surcouf (dirección), Influence et Réputation sur Internet : communautés, crises et stratégies, La Bourdonnaye, 2013.
  • Christian Harbulot (dirección), Manuel de l'intelligence économique, obra colectiva, Presses Universitaires de France, 2012.
  • Claude Revel, "La France : un pays sous influences ?", Vuibert, 2012.
  • Alphonse Carlier, intelligence économique et knowledge management, 2012.
  • Christophe Deschamps, Nicolas Moinet (Dirección), La Boîte à Outils de l'intelligence économique, Dunod, 2011.
  • Nicolas Moinet, Intelligence économique: Mythes et réalités, Ediciones CNRS, 2011.
  • Nicolas Moinet, Petite histoire de l'intelligence économique : une innovation « à la française », L'Harmattan, 2010.
  • Bertrand Warusfel, « L'intelligence juridique : une nouvelle approche pour les praticiens du droit », 'Le Monde du droit', 1-15 abril 2010.
  • Amos David, Intelligence économique et problèmes décisionnels, Lavoisier : Hermès Science publications coporation, 2010.
  • Sophie Larivet, Intelligence économique : enquête dans 100 PME, L'Harmattan, febrero 2009.
  • Ludovic François, Intelligence territoriale, Lavoisier, 2008.
  • François-Bernard Huyghe, Maîtres du faire croire: De la propagande à l'influence, Vuibert, 2008, ISBN 978-2-7117-1194-9.
  • Philippe Bonny, Stratégies d'intelligence des organisations, Inevidence, artículo de revista 'La revue trimestrielle du réseau Ecrin' n° 69, octubre 2007, telecarga en pdf.
  • Luc Grivel, « Comment faire face à l’explosion des volumes d’information ? », Universidad París-I, artículo de la revista Recherche, technologie & société n° 62, enero de 2006.
  • Pierre Mongin, Frank Tognini, Petit Manuel d'intelligence économique au quotidien, Dunod, marzo 2006.
  • Bouchet Yannick, L'intelligence économique territoriale, une approche ingénièrique dans une municipalité de moyenne dimension, ediciones Universitaire Européennes, 2010 ... tesis de doctorado, 2006, 430 págs.
  • Christian Marcon & Nicolas Moinet, L'intelligence économique, Dunod, colección Les Topos, 2006.
  • Eric Delbecque, L’intelligence économique, PUF, 2006.
  • Frédérique Péguiron (bajo la dirección de Odile Thiéry), « Application de l'Intelligence Economique dans un Système d'Information Stratégique universitaire : les apports de la modélisation des acteurs », Universidad Nancy 2, tesis presentada el 16 de noviembre de 2006.
  • Mourad Oubrich, La création des connaissances dans un processus d'intelligence économique : Contribution conceptuelle et étude empirique, marzo de 2005.
  • Bernard Besson (coordinación), Référentiel de formation à l'intelligence économique, 2005.
  • Eric de Fontgalland, Intelligence des marchés et développement international, Hermes Lavoisier, 2005.
  • Bernard Besson, Jean-Claude Possin, L'intelligence des risques, Dunod, 2005.
  • Rémy Pautrat, La compétitivité des territoires, artículo en « L’intelligence économique » de la revista 'Administration', diciembre de 2004.
  • Bernard Besson, Dominique Fonvielle, Michel Fourez, Jean-Pierre Lionnet, Modèle d'intelligence économique, AFDIE (Association Française pour le Développement de l'Intelligence Economique), revista Economica (colección dirigida por Jean-Louis Levet), 2004.
  • Ludovic François, Business sous influence, Éditions d’Organisation, París (2004), 250 págs.
  • Pascal Frion, Accompagnement à la recherche d'information économique : l'intelligence économique expliquée pour une PME-PMI, A.r.n. Éditions (2004), ISBN 2-9516800-0-7.
  • Pascal Frion, Accompagnement au traitement de l'information essentielle : la veille et la gestion de l'information pour une PME-PMI, A.r.n. Éditions (2004), ISBN 2-9516800-1-5.
  • Maryse Salles, Stratégies des PME et intelligence économique, une méthode d'analyse du besoin, 2003.
  • Bernard Besson, Jean-Claude Possin, L'audit d'intelligence économique, mettre en place et optimiser un dispositif coordonné d'intelligence collective, Dunod, 2002.
  • Jean-Louis Levet, Les pratiques de l'intelligence économique, huit cas d'entreprises, Economica, 2002.
  • Franck Bulinge, « L'intelligence économique pour les PME-PMI », 2002.
  • Jérôme Dupré, Renseignement et entreprises, intelligence économique, espionnage industriel et sécurité juridique, Lavauzelle, 2002.
  • Bernard Besson, Jean-Claude Possin, Du renseignement à l'intelligence économique, Dunod (2002), ISBN 2-10-005628-X.
  • Dominique Fonvielle, De la guerre… économique. Paris, PUF, 2002, 233 págs.
  • Frank Bournois, Pierre-Jacquelin Romani, L'intelligence économique et stratégique dans les entreprises françaises, [editor] Institut des hautes études de défense nationale (prefacio de Christian Pierret), 2000.
  • Bertrand Warusfel, « Intelligence économique et pratiques juridiques », Revue d'intelligence économique n° 5, octubre de 1999.
  • Frédéric Le Roy, Stratégie militaire et management stratégique des entreprises: Une autre approche de la concurrence. París, Economica, 1999, 250 págs.
  • Jean-François Bigay, La nouvelle nationalité de l’entreprise, Commissariat Général du Plan, La Documentation française, París (1999), 271 págs.
  • Bruno Martinet, Yves-Michel Marti, L'intelligence économique : comment donner une valeur concurrentielle à l'information, primera edición 1996, segunda edición 2001, ISBN 2708125117.
  • Bruno Martinet, Yves-Michel Marti, L'intelligence économique : les yeux et les oreilles de l'entreprise, Editions d'Organisation, París (1995).
  • Gil Fiévet, De la stratégie militaire à la stratégie d’entreprise, InterÉditions, París (1992), 271 págs.
  • Christian Harbulot, La machine de guerre économique, Economica, París (1992), 163 págs.
  • Bernard Esambert, La guerre économique mondiale, Olivier Orban, París (1991), 296 págs.
  • Philippe Baumard, "Stratégie et surveillances des environnements concurrentiels.", Masson, París (1991).
  • Christian Harbulot, Techniques offensives et guerre économique, Éditions Aditech, París (1990), 156 págs.
  • Guy Devillebichot, Initiation à l'intelligence économique , Privat, Toulouse (1968), 159 págs.

Estudio de casos[editar]

Referencias[editar]

  1. a b Définitions de l’intelligence économique, sitio digital 'Actulligence (Intelligence Économique, Veille Stratégique, Veille Image, et e-réputation)'.
  2. 'Syndicat français de l'Intelligence Économique –SYNFIE–', sitio digital oficial.
  3. Création du Syndicat français de l’intelligence économique, sitio digital 'Observatoire-immateriel', 24 de septiembre de 2010.
  4. Un dernier scandale à la Fépie avant dissolution ?, sitio digital 'Boulevard de l'info', 1 de julio de 2011.
  5. Professionnels de l'intelligence économique unissons-nous ! Le SYNFIE recrute, sitio digital 'Boulevard de l'info', 16 de octubre de 2013.
  6. Charte d'éthique du Syndicat Français d'Intelligence économique, sitio digital 'SYNFIE'.
  7. a b Rapport de Jean-Pierre DUFAU sur L’intelligence économique, 'Commission de la coopération et du développement', documento n° 19, Assemblée Parlamentaire de la Francophonie, XXXVIème session, Dakar, 6-7 julio 2010.
  8. Voir Les définitions de l'intelligence économique
  9. Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale, sitio digital 'Documentation Francaise'.
  10. "L’intelligence économique permet aux entreprises d’agir sur leur environnement au lieu de le subir" propos recueillis en septembre 2009 par Imen Gharb pour l'Economiste Maghrébin
  11. Qu'est-ce que l'intelligence économique ?, sitio digital 'Délégation interministérielle à l'intelligence économique'.
  12. Définition de l'intelligence économique selon le préfet Rémy Pautrat, portal de la inteligencia económica, sitio digital 'Portail-ie'.
  13. Définition: Petites et moyennes industries, sitio digital 'Lexique finance'.
  14. L'audit d'intelligence économique, Mettre en place et optimiser un dispositif coordonné d'intelligence économique, Dunod, Plantilla:2e édition
  15. Levet J.-L., Paturel R., L'intégration de la démarche d'intelligence économique dans le management stratégique, Acte de la Plantilla:Ve conférence de l'Association Internationale de Management Stratégique (AIMS), Lille, 13-15 mai 1996, 20 p., pages 6-7
  16. Voir Net-centric data strategy, pages 3 à 9, et article DODADF
  17. Voir Stéphane Mortier, "La rumeur, outil d'intelligence économique", Revue de la gendarmerie nationale, Plantilla:N°, juin 2012.
  18. Voir Les fondateurs de l'IE en France
  19. Voir http://www.infoguerre.fr/france-europe-puissances/creation-d-une-delegation-generale-de-l-intelligence-economique-a-bercy/
  20. Éric Denécé et Claude Revel, l'autre guerre des États-Unis, économie, les secrets d'une machine de conquête, page 58
  21. Selon un rapport de l'Unesco, Mesurer la diversité linguistique sur internet
  22. http://www.meilleurs-masters.com/master-intelligence-economique.html
  23. Studyrama - mai 2011 : Le métier de Consultant en intelligence économique inscrit au RNCP http://www.studyrama.com/formations/specialites/sciences-politiques/actualite/le-metier-de-consultant-en-intelligence-economique-inscrit-au-rncp-52014
  24. Le Parisien - décembre 2009 : L'EEIE, seule école à délivrer le titre d'État de Consultant en intelligence économique. http://www.parisetudiant.com/etudiant/orientation/formations/ecole-europeenne-d-intelligence-economique.html
  25. Portail de l'IE - ICOMTEC
  26. Culture du Renseignement et Intelligence Economique en Europe
  27. L'autre guerre des États-Unis, économie : les secrets d'une machine de conquête, Éric Denécé, Claude Revel, page 58
  28. Christian Harbulot, « La France sans doctrine de puissance économique », article extrait de l'ouvrage collectif réalisé sous l'égide de l'École de guerre économique, La France a-t-elle une stratégie de puissance économique ? mars 2004, éditions Lavauzelle
  29. Christian Harbulot, École de guerre économique, « Une nouvelle approche de l'action offensive », article publié au Plantilla:2e trimestre 2002 dans la Revue historique des Armées
  30. Cf. Ford et ses "actions B" permettant aux seuls héritiers de contrôler 40 % des droits de vote avec 4 % du capital (Les Échos du 30 août 2006)
  31. L’«Exon-Florio National Security Test for Foreign» est un amendement américain au «Defense Production Act de 1950» (Section 721) adopté en 1988 et visant à bloquer l’acquisition éventuelle d’une entreprise stratégique par des intérêts étrangers. L’élaboration de cet amendement s’inscrit dans une vague d’hostilité à l’égard du Japon (voir le rapport Japan 2000, rendu public en juillet 1991 par la CIA)
  32. Cf. la loi américaine intitulée Merchant Marine Act of 1920 appelée communément Jones Act
  33. Cf. Les Echos du 31 mai 2007, page 15
  34. [1]
  35. Modèle d'intelligence économique. AFDIE (Association Française pour le développement de l'Intelligence Economique). Bernard Besson, Dominique Fonvielle, Michel Fourez, Jean-Pierre Lionnet, Economica. Collection dirigée par Jean-Louis Levet. 2004.
  36. Business intelligence et intelligence économique
  37. Intelligence économique : les onze facteurs du modèle AFDIE, sitio digital 'Le Blog de Jacques Breillat', 25 de febrero de 2009.
  38. Délégation interministérielle à l'intelligence économique, sitio digital oficial.
  39. Modèle d'intelligence économique de l'AFDIE, Économica, page 47

Véase también[editar]

Generalidades[editar]

Normalización y seguridad de la información[editar]

Frases, conceptos y métodos[editar]

Memoria[editar]

Referencias externas[editar]